FRANCK SORBIER AU CAPITOLE

La vie est une histoire de rencontre et la rencontre avec Monsieur Pierre Rambert, nommé directeur Artistique pour la Traviata qui sera en représentation en septembre 2018 à Toulouse, fut décisive, et c’est sans aucune hésitation qu’un seul couturier s’est imposé. Le seul couturier qui pouvait réaliser les costumes de l’oeuvre de Verdi, Franck Sorbier. L’héroïne de roman, qui s’étourdit dans le luxe et les plaisirs pour oublier la terrible maladie qui menace ses jours sied parfaitement au seul couturier Maître d’Art, qui habille les plus grandes héroïnes de notre temps.

Le Capitole est cet espace, autrefois modeste, salle qui dépendait de l’Auberge du Logis de l’Écu, tout près de la Maison de la Ville. L’endroit, nommé Comédie, n’était pas aménagé et pour chaque représentation, on montait des tréteaux. C’est seulement en 1671 que la scène fut installée de façon permanente et que furent construites des loges pour les Capitouls (élus du capitoulat, conseil municipal qui dirigea cette ville).

En 1736 les Capitouls décidèrent de construire un théâtre digne de la ville, suivant les plans de Guillaume Cammas, peintre et architecte de l’Hôtel de Ville. L’incendie de 1917 sera ravageur, et c’est seulement en 1923 qu’un nouveau théâtre est reconstruit sur les ruines de l’ancien. Une histoire de capitellum (Chapiteau) de bon aloi pour le couturier qui a présenté, sous des chapiteaux autrefois dans la cour carrée du Louvre.

Publicités

PARRAINAGE DE FRANCK

C’était hier le Festival International de la Photographie Culinaire, une manifestation culturelle réunissant deux univers : la nourriture et la photographie artistique. Le beau et le bon parrainés par le grand chef Christian Le Squer, ainsi que le grand couturier et Maître d’Art Franck Sorbier. C’était à la bibliothèque François Mitterrand là où vous pouvez lire les livres les yeux fermés.
Nous sommes montés au 18e étage dans une salle où la scénographie était plus que minimaliste, on pourrait même dire inexistante. Par contre, la qualité des photos posées sur de simples chevalets compensait largement le manque de fioritures. La gagnante, une jeune coréenne, fut récompensée pour une robe créée avec des courgettes et l’autre avec de la ciboulette.
Après les discours usuels dans ce type de manifestation, le seul, qui ressortait du lot, était celui de Franck Sorbier, qui, comme à son habitude, n’avait pas ménagé sa peine. L’art culinaire est comme la haute couture, une véritable science, qui demande patience, justesse et abnégation. C’est aussi une science du jugement et du bon sens. Comme la haute couture et les amours, les aliments les plus amers sont souvent les préférés et, parfois, se transforment en alicaments. Ils oscillent entre le salé et le sucré, une  passion du moment qui devient instantanée et féerique.
Il s’ensuivit une dégustation des produits locaux de la région de Valençay, ainsi qu’un vin rouge stupéfiant au sens propre du terme venant de Corée. Pour un moment de partage, nous étions loin du relâchement et de la compassion bruyante des facilités qui séduisent les florentins de ces deux professions. Seulement quelque personnes excentrées de Paname et au-dessus de la littérature Française, en bonne intelligence, partageaient leur passion pour ces deux métiers séculaires.

FONTS DE DOTATION

Entrez dans l’univers Sorbier

Vous rêvez d’assister à la présentation d’une collection Haute Couture ? La Maison Sorbier ouvre au grand public son prochain défilé qui se tiendra le 24 janvier 2018. Vendues au profit de son fonds de dotation, six catégories de places sont proposées sur Internet, de « Pivoine à Myosotis », pour des dons allant de 75 euros pour une simple invitation, à 1060 euros pour un ticket avec deux dessins du Maître, un Must pour les amateurs.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : http://fondsdedotationsorbier.com

Do you dream to attend to an exclusive Haute Couture catwalk? The Sorbier’s house offers you to purchase seats to attend to its next fashion collection on 24th January 2018. Sold for the benefits of the foundation, you can acquire online seats ranging from 75€ for a single invitation to 1060€ for an invitation and two drawings of Franck Sorbier, a Must for the collectors.

For further information, please visit: http://fondsdedotationsorbier.com/

COUTURE JUILLET 2017

Maître du Temps, Sorbier règle les horloges de la Haute Couture. Tout a commencé par Mademoiselle la pendule, une grande robe en jacquard noir coupé dans le biais col montant manche gaine, avec un bustier en métal sur lequel étaient accroché des ressorts d’horlogerie, nous incitant à penser que Sorbier telle une mécanique bien remontée continuait à créer sur la seule force du métal bandé d’un ressort infini.

Puis vint Mademoiselle la ruche, gilet en macramé multicolore sur une robe de crêpes noir du plus bel effet. Ensuite, ce fut autour de Mademoiselle la débrouille, robe en panne de velours blanc, Mademoiselle de l’averse comme pour nous rafraîchir de cette chaleur caniculaire, manteau en laine bouillie noir et blanc.

Un voyage entre Mademoiselle pinceau, la brosse, l’intrigue, la fortune, le bonnes œuvres, la dernière séance, l’abstraction, et bien d’autres pour finir la métamorphose, puis un silence… Plus rien, seule une voie douce commence le poème de Jacques Prévert faisant le portrait d’un oiseau. Petit moment de douceur et de contraste entre les tambours du Bronx assourdissants, et la douce voie mélodieuse de la narratrice qui nous conte Prévert.

Un voyage extraordinaire, comme sur la carte d’invitation, une figurine de timbres, qui appelle au voyage extraordinaire et à un voyager avec lui, ‘le Maître du Temps’ qui impose sa règle comme il impose sa Haute Couture. Le temps ne surprend pas le sage et du temps le sage se rit, car lui seul en connaît l’usage. Il sait embellir l’existence, il sait sourire à l’espérance, quand l’espérance lui sourit.